Si vous ne voyez pas ce message, visualisez-le sur votre navigateur

La lettre d'information de la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg

Contacts

Faculté de Théologie Protestante

9 place de l'Université
BP 90020
67084 Strasbourg Cedex
Tél. : 03 68 85 68 35
Courriel : scoltp@unistra.fr

Liste des anciens numéros

La lettre no 1

 

La Faculté vous souhaite un bon été !

Sommaire

Éditorial

Chers collègues et amis,

 

Après un mot du Doyen dans la lettre inaugurale, c'est un message du directeur de l'équipe d'accueil, structure de recherche adossée à la Faculté, qui ouvre la deuxième lettre de la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg.

Les activités de recherche sont nombreuses et se traduisent notamment par des colloques et des journées d'étude donnant lieu, systématiquement désormais, à publication.

Christian GrappeLe beau volume "Dire la Guerre, penser la Paix", qui vient de paraître sous la direction de Frédéric Rognon, en est une belle illustration. Quant aux manifestations à venir, vous êtes invités à les découvrir en vous rendant sur le site de la Faculté et en partagent ainsi notre passion pour la théologie et pour la recherche !

Christian Grappe
Directeur de l'équipe d'accueil

Actualités

André Birmelé partira à la retraite

André Birmelé, professeur de dogmatique et ancien doyen de la faculté, partira à la retraite le 1er septembre 2014. Il a enseigné, au sein de notre faculté, depuis 1983. Pendant plus de 30 ans, il a formé maintes générations d’étudiants de théologie, et beaucoup de ses anciens élèves sont aujourd’hui des pasteurs, des responsables d’Églises ou des professeurs de théologie.

A. BirmeléAndré Birmelé a marqué ses étudiants non seulement par ses cours, mais aussi par son intérêt sincère pour leur situation de vie, leur projets, leurs doutes, leurs attentes. De cette manière, le « maître » ne formait pas seulement pendant un temps limité en cours, mais aussi par un habitus, une forme de vie et de communion qui donne à l’étude de la théologie la saveur et la profondeur.

Les cours d’André Birmelé se sont toujours nourris de ses recherches, notamment en ce qui concerne les dialogues œcuméniques. Son public a ainsi profité de sa grande expertise, de ses relations internationales et de ses publications nombreuses qui ont profondément marqué la théologie œcuménique. A titre d’exemple, on citera l’ouvrage de référence sur « le salut en Jésus Christ dans les dialogues œcuméniques » qui a marqué, sur le plan international, une nouvelle étape de recherche en la matière et qui a sans doute préparé le chemin vers la déclaration commune sur la justification en 1999. Pendant de nombreuses années, André Birmelé était membre du Comité exécutif du Conseil Œcuménique des Églises, et il est, depuis 1998, membre du comité directeur de la commission Foi et Constitution.

On affirme souvent qu’on reste étudiant pendant toute sa vie. Au moment où André Birmelé s’apprête à quitter ses fonctions officielles au sein de notre faculté, nous aimerions y ajouter une autre thèse : on reste aussi enseignant pendant toute sa vie. Le charisme de l’enseignement ne se laisse pas enfermer dans une fonction professionnelle. Il continue à mobiliser le maître, il le pousse à de nouvelles rencontres, discussions et découvertes. Les étudiants et les collègues espèrent donc qu’André Birmelé reste ce magister, et que ses recherches continueront à fructifier nos réflexions communes. Dans ce sens, et avec toute la gratitude de la faculté :

ad multos annos, pour de nombreuses années!

K. Lehmkühler

Actualités: Enseignement à distance

L’enseignement à distance (EAD), digne successeur du télé-enseignement...

Un premier article de notre cher et estimé doyen Rémi Gounelle, dans la newsletter précédente, nous rappelait fort justement la place de pionnière détenue par la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg en matière d’enseignement à distance. En effet, avec l’Université de Genève, Strasbourg est la seule à proposer un enseignement à distance de qualité en Europe francophone. Semper reformanda, la Faculté n’a pas lésiné sur les moyens en réalisant une refonte complète des cours à distance et en proposant depuis l’année académique 2013-2014 un cursus complet (licence et master) aux étudiants.

Quel bilan pour cet Enseignement A Distance nouvelle formule ? Saluons tout d’abord l’équipe pédagogique, qui a eu fort à faire : gérer la nouvelle plate-forme et mettre en œuvre l’évaluation continue intégrale, avec toutes les « maladies de jeunesse » qui en découlent. Remercions ensuite les professeurs, assistants et responsables administratifs, qui ont joué le jeu de la disponibilité via les courriels et autres forums, et qui ont réussi à mettre en ligne les matériaux nécessaires à une bonne organisation d’étude. Et enfin un grand bravo aux étudiants, qui ont fait preuve de beaucoup de maturité et de compréhension par rapport aux tâtonnements (bien involontaires) et autres plannings chargés inhérents à la mise en place de cette nouvelle structure.

Un rapide sondage auprès de ces derniers fait d'ailleurs ressortir tous les bienfaits de l’évaluation continue, surtout en rapport avec l’acquisition d'un rythme de travail plus régulier et à la possibilité de valider et capitaliser les Unités d’Enseignement indépendamment du semestre dans lequel elles se trouvent.

Enfin, les semaines de regroupement des étudiants en EAD et des étudiants in praesentia insufflent une réelle dynamique de groupe et un esprit de partage et de fraternité qui rendent notre Faculté riche et vivante des expériences de ses membres. Et ne parlons pas des Journées Interdisciplinaires et des dîners de clôture qui les accompagnent... Que de souvenirs mémorables!

La Faculté de Théologie Protestante, c'est vous, c'est nous, d'ici ou d'ailleurs, en présence ou à distance, parfois pour le pire, mais surtout pour le meilleur, qui reste à venir!

D. Steen, étudiant EAD

Une nouvelle plateforme d’enseignement à distance

Moodle 2Depuis septembre 2013, la Licence et le Master de Théologie Protestante peuvent être suivis et validés à distance dans le cadre de l'enseignement à distance (EAD). A la rentrée universitaire 2014, la Faculté utilisera une nouvelle plateforme informatique baptisée « Moodle 2 », plus performante et plus esthétique que la précédente. Tout étudiant inscrit à la Faculté pourra ainsi accéder au contenu des cours et à des supports pédagogiques adaptés aux différentes formations (documents, liens internet, vidéos, etc.). Deux Diplômes d’Université (DU de Langues bibliques et DU de Culture religieuse) sont également accessibles sur la plateforme.

Pour vous informer ou vous inscrire, n’hésitez pas à consulter le site de la Faculté de Théologie protestante ou le secrétariat (03 68 85 68 35).

Th. Legrand

Aimer, pour l'amour de Dieu!

L'École théologique du Soir, organisée par les Facultés de théologie catholique et protestante, proposera une nouvelle série de huit séances à partir de la rentrée 2014, sur le thème: "Aimer, pour l'amour de Dieu!"

Le nouveau cycle commencera le mercredi 24 septembre et se poursuivra tous les mercredis de 18h30 à 20h. Les conférences, assurées par Michel Deneken, professeur de dogmatique à la Faculté de théologie catholique (et premier vice-président de l’Université de Strasbourg) et Elisabeth Parmentier, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante, auront lieu à l'Institut le Bel sur le campus de l’université, à droite du tram à l'arrêt "observatoire".

Actualités: La théologie au Maroc!

La théologie au Maroc!

Depuis la rentrée 2013, la Faculté compte douze étudiants de Licence qui suivent les cours à Rabat, à l’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa (IOTAM).

L’IOTAM a été créé au cours de l’année 2013 pour répondre aux besoins nouveaux des Églises catholique et protestante marocaines : ces communautés chrétiennes se renouvellent aujourd’hui grâce à l’arrivée massive de membres issus d’Afrique subsaharienne, venus étudier ou travailler au Maroc. L’IOTAM a pour fonction de former les ministres à même d’encadrer et d’accompagner ce nouvel essor. Originaires de Guinée, du Congo ou d’ailleurs, les étudiants sont d’ores et déjà en charge de paroisse en tant que stagiaires. Une ou deux fois par mois, ils se rendent à Rabat pour suivre des cours intensifs durant quelques jours.IOTAM

Les fondateurs de l’Institut ont fait un pari audacieux : fournir à ces étudiants une formation théologique à caractère à la fois pluriculturel et pluriconfessionnel. Les enseignants sont pour moitié africains, pour moitié européens, et viennent de facultés de théologie catholique ou protestante de toute la francophonie. Avec d’autres, les enseignants-chercheurs de la Faculté de Strasbourg sont sollicités régulièrement pour assurer des sessions de cours à Rabat, dans le cadre d’un programme d’études analogue à la Licence strasbourgeoise, mais adapté au contexte africain : hébreu, grec, exégèse, histoire, théologie systématique et théologie pratique constituent un parcours où l’histoire du fait religieux africain est enseignée avant celle de la Réforme, où l’étude des sources de l’islam prend une place importante dans le contexte marocain.

Les étudiants de l’IOTAM sont inscrits régulièrement à la Faculté de Théologie protestante de Strasbourg ou à l’Institut catholique de Paris. Ceux qui relèvent de la Faculté et qui auront validé l’intégralité des cours obtiendront le diplôme de Licence strasbourgeois, comme le stipule la convention qui lie la Faculté et l’IOTAM.

Si le pari s’avère gagnant, l’Institut Al Mowafaqa constituera un pôle important dans le renouveau du dialogue œcuménique, dont le dialogue Nord-Sud n’est pas le moindre aspect.

M. Wieger

L’inculture religieuse n’est pas une fatalité…

Un DU de « Culture religieuse » à la Faculté de Théologie protestante!

Qui donc a dit : "Il n’y a d’intéressant sur la terre que les religions" ? Est-ce Gandhi ? Ou le Dalaï Lama ? Vous n’y êtes pas… c’est Charles Baudelaire ! L’intérêt pour les religions, loin de faiblir, se manifeste à nouveau aujourd’hui. Loin de disparaître, les références religieuses se manifestent de plus en plus dans nos sociétés pluralistes, et ce partout dans le monde. Mais si le fait religieux n’a jamais autant fasciné, il demeure encore mal connu, et souvent abordé au travers de préjugés. C’est pour cette raison que la Faculté de théologie protestante a créé en 2013 un Diplôme d’Université qui a spécifiquement pour objectif de permettre la formation et la consolidation d’une authentique culture religieuse. Il est destiné à un large public désireux de s’initier au christianisme, au judaïsme, à l’islam, ainsi qu’à d’autres religions comme le bouddhisme. Ce DU a plusieurs atouts! Pour commencer, il ne se limite pas à la seule tradition chrétienne, mais s’étend aux autres religions du Livre et aux religions orientales. Il propose une approche neutre et non confessionnelle du phénomène religieux, à partir de disciplines telles que l’histoire de la religion, l’exégèse des textes religieux, la sociologie ou encore l’anthropologie de la religion. En plus, ce DU s’appuie sur une pédagogie spécifique qui permet notamment l’étude de la Bible sur traduction française. Il en va de même pour la connaissance de l’islam ou du bouddhisme. Il inclut des cycles de conférences parmi lesquelles l’étudiant peut choisir en fonction de ses intérêts et, last but not least, ce DU peut également être suivi de façon partielle ou intégrale à distance , ce qui le rend tout à fait compatible avec un éloignement géographique ou une activité salariée!

Vous trouverez, si vous êtes intéressés, tous les renseignements nécessaires ici.

D. Frey

Prix des Muses Singer-Polignac 2014

La première biographie en langue française sur le compositeur suisse Othmar Schoeck (1886-1957) rédigée par Beat Föllmi a remporté le Prix des Muses Singer-Polignac 2014 dans la catégorie "découverte". Le Prix des Muses distingue, depuis 21 ans, les ouvrages en langue française consacrés à la musique classique, au jazz et aux musiques traditionnelles; il s'est imposé comme l'un des événements marquants de l'activité musicale et littéraire en matière éditoriale. Organisé par l'Association pour la création et la diffusion artistique (ACDA), il est soutenu par la Fondation Singer-Polignac. La remise a eu lieu le 3 avril à Paris.
Beat Föllmi: Othmar Schoeck - et le maître du lied, Genève, éditions
Papillon, 2013 (223 p.; ISBN 978-2-940310-45-6)

Mise au point : Le jugement dernier à Erstein

Visiter le jugement dernier à Erstein : des références bibliques dans l’art contemporain

Une visite dans la zone industrielle d’Erstein, au sud de Strasbourg, s’impose pour une double raison : - la présence, inattendue dans ce lieu, d’un des plus beaux musées d’art contemporain de la région. Il s’agit d’une Fondation de l’entreprise Würth pour l’art contemporain. L’industriel allemand a créé un peu partout en Allemagne et les pays limitrophes des musées abritant ses collections d’art, dont celui d’Erstein. Mais il y a une autre raison, qui intéressera plus directement le théologien : jusqu’au 4 janvier 2015, est exposé dans ce musée un ensemble remarquable de sculptures monumentales de l’artiste anglais Anthony Caro (1924-2013). C’est le plus grand ensemble sur cet artiste après celui qui se trouve à la Tate Modern, à Londres.

Parmi ces œuvres, faites en général de poutrelles métalliques ou de poutres en bois géants, se trouve un ensemble impressionnant de 28 sculptures sous forme de « stations » qui investissent la plus grande pièce du musée, et intitulée Jugement dernier (1995-1999). C’est comme si le visiteur entrait dansCaro Trompettes la porte du jugement, et se trouvait face à des scènes qui évoquent tout à la fois des références bibliques et des allusions à des scènes de massacre ou de mort. On reconnait les trompettes de l’Apocalypse.

C’est un jugement sans guère d’espérance : l’humanité est renvoyée à sa propre violence, dénoncée comme étant une perversion à la fois contre elle-même et contre le créateur.

Je vois dans cette œuvre énigmatique et majestueuse, trois motifs d’espérance :

- Tout d’abord la facture de l’œuvre : cette œuvre quasiment abstraite, faite en partie d’éléments de récupération, nous montre que le langage de l’art investit aujourd’hui à la fois la forme et le fond. Elle parle aux sens (ici surtout la vue et le toucher), pour nous poser la question du sens, celui de la vie, de la mort et d’une possible présence de Dieu dans le monde actuel. Car qui dit jugement dernier, dit qu’il y a un juge suprême, une justice extérieure, une personne extra nos, un Dieu.

- Ensuite, le contexte de création de l’œuvre. Antony Caro nous dit qu’il a réalisé cette œuvre immense au moment des massacres de Bosnie et du Kosovo, lors de la guerre civile qui a suivi l’éclatement de la Yougoslavie, dans les années 1990. Tant d’autres massacres et de guerres civiles ou non, ont, hélas, éclaté depuis (Algérie, Irak, Afghanistan, Syrie…et maintenant Egypte, Mali, Centre-Afrique, Soudan, Ukraine…). Mais je vois dans le fait qu’un artiste réponde à ces atrocités par une création artistique puissante faisant référence à la Bible, un signe d’espérance. C’est une protestation contre la souffrance.Caro Jugement dernier

- Et c’est là qu’intervient le troisième motif de joie : l’art fait ici signe, non seulement en direction du monde et de ses atrocités, mais en direction des textes bibliques. Qui dit jugement dernier dit textes bibliques, en particulier celui de Matthieu 25. L’artiste, comme le spectateur se doivent alors de relire quelques textes bibliques difficiles ou oubliés autour du thème du jugement, pour comprendre le sens ultime de cette œuvre d’art. Les textes bibliques sur le jugement constituent une Parole, à la fois de condamnation et de pardon, de jugement et de libération, pour l’être humain d’aujourd’hui.

 

Jérôme Cottin

Focus : événements récents

Un cycle de conférences original

Antoine de Montchrestien avait forgé l’économie politique. Spinoza avait signé un traité théologico-politique. En 2014, les facultés de théologie protestante, catholique, et des sciences économiques et de gestion de l’Université de Strasbourg, ont éprouvé un troisième attelage, le théologico-économique.

Religion et économieElles ont en effet organisé un cycle de sept conférences intitulé : « Religion et économie : la crise de toutes les croyances ? ». En entrée, les néophytes ont bénéficié d’une petite introduction à l’économie. En dessert, les orthodoxes ont été interrogés par l’impertinente décroissance. Les plats ont quant à eux offert différentes saveurs, depuis une interrogation sur la cohabitation entre argent et religion jusqu’à la question du prêt à intérêt, en passant par une mise en question de l’argent (nouveau Dieu ?), de l’économie sociale et solidaire (une solution contre la pauvreté ?) et des croyances financières (d’où viennent-elles ?).

La plupart des interventions ont associé un économiste et un théologien, dans une démarche interdisciplinaire. Il est apparu qu’ils avaient des choses à se dire. L’économie se base aussi sur des croyances, une vision du monde, des valeurs. A l’inverse, la théologie détermine un certain discours sur cette réalité sociale aujourd’hui centrale. Le cycle de conférences est achevé, mais la discussion, elle, est ouverte.

 Martin Kopp, doctorant

Les sept conférences et table-rondes peuvent être visionnées sur UTV Strasbourg.

En 2015, la Faculté organisera une série de conférences et table-rondes sur le thème du sens de la vie, en partenariat avec la Faculté de philosophie et la Faculté des sciences de la vie.

Événements récents: Film Noé

Le film "Noé" et la théologie

A l’heureuse initiative du Doyen, le cinéma CinéVox de Strasbourg a ouvert ses portes à un débat rassemblant une centaine de personnes, après le visionnement du film à grand spectacle sur Noé et l’épopée du déluge, de Darren Aronofsky. Une centaine de personnes était présente, ce jeudi 6 mai. Les 2h20 de film n’ont pas empêché les cinéphiles présents de rester encore plus d’une heure, pour un début initié par les professeurs Hunziker et Cottin, la première spécialiste de l’Orient Ancien, le second des images contemporaines.Noé

Dans l’ensemble, ce blockbuster de Darren Aronofsky fut plutôt bien apprécié, même s’il est par bien des aspects fort éloigné du récit biblique (lequel du reste, ne décrit pas grand-chose). On a pu noter trois types de réaction : les enthousiastes, qui voyaient là une fiction originale, qui réactive le mythe biblique et même certains thèmes de théologie biblique. Les critiques-sceptiques qui, tout en saluant cette création, se sont questionnés sur l’adéquation du médium (un film à très gros budget et effets spéciaux) par rapport au genre littéraire du récit de Genève 6-9. Enfin, les détracteurs, qui étaient surtout offusqués de la liberté que s’est prise le réalisateur (un juif pratiquant au demeurant) par rapport au récit biblique.

La soirée s’est terminée autour d’une collation généreusement offerte par le cinéma.

Événements récents: Journées interdisciplinaires

Les "Journées interdisciplinaires" : un événement fort

Tous les ans, la faculté organise les "journées interdisciplinaires" : étudiants et professeurs réfléchissent ensemble sur une thématique intéressante. Les formules de travail peuvent varier énormément, en incluant aussi des éléments plus ludiques. Tous les participants apprécient particulièrement les aspects de convivialité, comme notamment la soirée festive...

JID 3L'édition 2014 portait sur la thématique "Libération - Licence - Liberté". Voici quelques impressions!

 

 

 

 

 

 

JID 2

 

JID 1   JID 4                    JID 5

 

Colloques et conférences

École d’été sur la littérature apocryphe chrétienne

La Deuxième École d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (ISCAL 2) se tiendra à la faculté de théologie protestante de Strasbourg du 09 au 12 juin 2014. Cette École, à dimension internationale, permettra aux étudiants et aux enseignants intéressés de prendre connaissance des plus récents développements de la recherche sur un texte fondamental pour le christianisme occidental et qui a profondément influencé la vie religieuse des chrétiens jusqu’au XVIe siècle: l’Evangile de Nicodème. Rédigé en grec, vraisemblablement à la fin du IVe siècle, ce texte, qui relate les événements liés à la Passion de Jésus, a été traduit en latin quelques décennies plus tard et a subi de nombreuses réécritures tout au long du Moyen Âge, en fonction de l’évolution des notions théologiques.

La session sera animée par une équipe de chercheurs spécialisés dans l’étude de l’Evangile de Nicodème : Rémi Gounelle (Université de Strasbourg), Zbigniew Izydorczyk (Université de Winnipeg), Anne-Catherine Baudoin (École normale supérieure, Paris) et John Haynes (Université de Toronto).

L’École d’été sur la littérature apocryphe chrétienne (ISCAL) est organisée tous les deux ans, avec la collaboration de spécialistes et des principales institutions dans le domaine. Centrée sur des sujets spécifiques, chaque fois différents, elle cherche à fournir les compétences nécessaires à un travail d’édition critique, de traduction et de commentaire de textes appartenant à la littérature apocryphe chrétienne. Elle se propose aussi de promouvoir l’étude de sa réception culturelle dans la production littéraire et artistique, du Moyen Âge à l’époque moderne. Elle est donc destinée aux étudiants avancés et aux chercheurs en histoire du christianisme, histoire médiévale, histoire de la littérature, histoire de l’art, en théologie et en sciences religieuses.

Vous trouvez le programme ici!

Colloques et conférences (suite)

Septième colloque international sur l’hébreu des manuscrits de la mer Morte et de Ben Sira

22-25 juin, 2014

Les colloques internationaux sur l’hébreu des manuscrits de la mer Morte et de Ben Sira, lancés par Takamitsu Muraoka et Elisha Qimron en 1995, ont contribué de façon cruciale à ce que l’on reconnaisse l’hébreu de Qumran comme objet d’étude de plein droit. Aucun champ des recherches linguistiques n’est resté en friche : l’orthographe, la phonologie, la morphologie, la syntaxe, le lexique, le style, la typologie, l’approche sociolinguistique, la diachronie, les emprunts — tout cela a été discuté dans des présentations savantes et au cours d’échanges animés pendant ces rencontres. À part l’hébreu de Qumran dans toute sa diversité, d’autres corpus ont fait l’objet d’analyses : Ben Sira, l’hébreu biblique tardif, l’hébreu de la Mishna et les textes épigraphiques. La présente manifestation, la septième de la série, s’efforcera de maintenir le niveau d’excellence des colloques antérieurs. En même temps, et grâce à la collaboration de Daniel Machiela de l’Université McMaster (Canada), le colloque ouvrira plus largement le cercle d’experts en invitant plus de chercheurs nord-américains. L’objectif ultime est, comme toujours, de contribuer à une meilleure compréhension de l’hébreu ancien et des textes écrits en cette langue.

Vous trouvez le programme ici.

27−29 août : colloque de l’ATEM à Strasbourg

Le prochain colloque de l’Association de théologiens pour l’étude de la morale se tiendra dans la capitale alsacienne, au « Centre Culturel St. Thomas ». Les deux facultés de théologie soutiennent ce colloque dont le titre est : "HOMME PERFECTIBLE, HOMME ‘AUGMENTÉ’ ?"

La réflexion portera sur les questions de la perfectibilité et de l’amélioration de l’être humain. Pouvons ou devons-nous "améliorer" les capacités physiques et psychiques de l’humain (human enhancement) ? Philosophes, biologistes et théologiens discuteront ces questions importantes.

Vous trouvez le programme ici.