Si vous ne voyez pas ce message, visualisez-le sur votre navigateur

La lettre d'information de la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg

Contacts

Faculté de Théologie Protestante

9 place de l'Université
BP 90020
67084 Strasbourg Cedex
Tél. : 03 68 85 68 35
Courriel : scoltp@unistra.fr

 

Sapin de NoëlNoël approche: la Faculté vous souhaite d'ores et déjà un Noël rayonnant de lumière!

Sommaire

Éditorial

Chers collègues et amis,

Vous avez sous les yeux la première Lettre de nouvelles de la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg. Deux fois par an, elle vous proposera des mises au point sur des sujets en lien avec l’actualité sociétale ou scientifique, ainsi que des informations sur la vie de la Faculté et de son équipe de chercheurs.

Aula du Palais UniversitairePour ne pas abuser de votre temps, cette Lettre se centrera sur l’essentiel. N’hésitez pas à consulter le site de la Faculté pour en savoir plus ou à vous rendre sur sa page Facebook pour entrer en discussion avec nous.

A Strasbourg, la théologie est une passion. Nous espérons vous la faire partager par cette Lettre!

Rémi Gounelle, Doyen

Actualités

Les étudiants: "Une rentrée en trombe"

Cette année encore, la rentrée a été très riche en rencontres à la faculté de théologie protestante.

D’abord puisque, comme à l’accoutumée, les anciens étudiants se sont fait une joie d’accueillir les petits nouveaux lors d’une journée d’intégration sous le soleil strasbourgeois.Etudiants de théologie Découverte des lieux stratégiques de la ville pour tout étudiant en théologie qui se respecte (le Stift, Oberlin, Saint Paul, l’AUP, la Schloss…) et jeux en tous genres… étaient au rendez-vous.

Et puis, fait plus exceptionnel, le grand événement de Protestants en Fête a vu se mobiliser en septembre de nombreux étudiants courageux et motivés. Après une longue préparation, nous partîmes au petit matin, en TGV, en direction de Paris-Bercy. Durant tout le week-end, le stand de la faculté a suscité la curiosité de nombreux visiteurs grâce à son originalité et à l’enthousiasme de notre petit groupe. La pièce de théâtre, spécialement préparée pour l’occasion en un laps de temps réduit, a tenu toutes ses promesses et a été fort appréciée et remarquée. Nous espérons ainsi attirer, grâce à nos efforts, d’autres personnes formidables au sein de notre faculté, lui permettant d’entretenir sa longévité.

De retour du week-end, heureux mais fatigués, il fallait déjà se remettre au travail alors que nous ne maîtrisions pas encore, tout à fait, les nouvelles modalités de validation...

L’Heure du Livre. Des moments de rencontre à la Bibliothèque des Facultés de théologie: lectures, réflexion, musique

La Bibliothèque des Facultés de théologie de l’Université de Strasbourg ouvre ses portes pour vous inviter à partager une Heure du Livre. Autour d’un thème d’actualité, nous proposons une brève conférence d’un spécialiste, des lectures et des interventions musicales. L’entrée est gratuite. La première édition de l’Heure du livre aura lieu le

19 décembre 2013 à 17h00:

Rêve – Utopie – Espérance

50 ans du discours de Martin Luther King à Washington "I have a dream"

100 de la naissance du philosophe Paul Ricœur

Conférence: Gilbert Vincent

Musique gospel

Création d’un diplôme d’Université en médiation socioreligieuse

La faculté a conclu une convention avec la Faculté Libre d'Etudes Politiques et en Economie Solidaire (FLEPES) à Paris. Les deux institutions viennent de créer un diplôme d’Université qui propose un cycle de formation en médiation socioreligieuse. Le but est de former des acteurs du terrain capables de comprendre la place et l’impact du religieux et de favoriser, le cas échéant, une pacification de conflits religieux. Le responsable strasbourgeois est Karsten Lehmkühler (courriel), du côté de la FLEPES, c’est Isabelle Ullern (courriel).

Plus d’informations ici.

Nouveaux accords de coopération

La faculté collabore dorénavant avec les Institutions suivantes:

l’Institut de Théologie Luthérien de Meiganga (Cameroun);

l’Institut oecuménique Al-Mowafaqa (Maroc);

la Faculté de Théologie Protestante de Brazzaville (Congo).

Ces accords concernent notamment des échanges d’enseignants, de chercheurs et d’étudiants.

                  La théologie, une passion

Actualités (suite)

L’Enseignement à Distance (EAD)

La rentrée 2013 a été le théâtre de plusieurs changements significatifs dans l’organisation des études de Théologie protestante: changement de la structure de la Licence et du Master; changement des modalités d’évaluation des étudiants (passage au contrôle continu intégral). Elle a également vu la mise en place de l’Enseignement à distance (EAD). La Faculté donnait depuis plusieurs années déjà la possibilité de suivre des études par télé-enseignement. Le nombre d’étudiants qui suivent les cours à distance est en augmentation continuelle (près de 100 étudiants à distance en Licence cette année). La Faculté accueille des étudiants venus de toute la francophonie, aux parcours professionnels et personnels divers. Le passage à l’EAD induit plusieurs modifications substantielles visant à adapter la formation à ce public. Tandis que l’ancienne formule valait exclusivement pour la Licence, l’EAD concerne tant la Licence que le Master: un étudiant peut désormais achever sa formation en théologie protestante tout en restant à distance. Par ailleurs, alors que le télé-enseignement traditionnel consistait à déposer sur la plateforme numérique dédiée des cours complets en début de semestre et à évaluer le travail des étudiants durant la session finale d’examens, l’EAD prévoit un suivi des étudiants tout au long du semestre, facilité par la mise en œuvre du contrôle continu et l’adoption, lorsque le contenu du cours s’y prête, d’outils pédagogiques spécifiques (forums, enregistrements vidéo, classes virtuelles, etc.). L’EAD, s’il suppose une adaptation de la pédagogie et un surcroît de travail de la part des enseignants, vise à permettre aux étudiants à distance d’être considérés et de se considérer comme ce qu’ils sont: des étudiants à part entière de notre Faculté.

Mise au point : débat sur la fin de vie

La fin de vie en débat

Depuis l’année dernière, les questions de fin de vie sont à nouveau à l’ordre du jour. Le gouvernement, souhaitant améliorer la situation des patients en fin de vie, a incité une réflexion sur une assistance médicalisée pour terminer sa vie "dans la dignité". Fin 2012, un rapport de Didier Sicard, professeur de médecin et ancien président du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), avait analysé de plus près les situations de fin de vie, les opinions des français, l’application concrète de la "loi Léonetti" relative aux droits des patients en fin de vie ainsi que les options éventuelles de l’euthanasie et du suicide assisté. Le CCNE, saisi par le Président de la République, a publié, en juillet 2013, un avis sur ces questions qui présente deux opinions différentes au sein du comité: la majorité s’exprime contre le suicide assisté et souligne l’importance fondamentale de la différence entre "laisser mourir" et "donner la mort", tandis qu’une minorité des membres considère que l’euthanasie et le suicide assisté pourraient être légalisés, au nom du respect de la liberté des individus.

Les soinsLes Églises ne peuvent pas passer sous silence ce débat sociétal qui préoccupe les citoyens. L’Église Protestante Unie de France (EPUF) a d’ores et déjà publié un "Guide de réflexion" en la matière.

Il sera important, du côté de l’éthique théologique, de souligner que l’auto-détermination d’un être humain ne peut pas devenir une condition nécessaire de sa dignité. Cette dignité lui advient comme une parole divine extérieure, affirmant l’amour de Dieu sans réserve. La vulnérabilité de la vie, y compris dans ses phases les plus difficiles, fait, elle aussi, parti de notre humanité et ne saurait la détruire ou réduire. Il sera également important de discuter la portée et l’impact concret de l’interdiction de l’homicide, notamment par rapport à la relation médecin-patient et en vue de l’humanité de notre société.

Pour aller plus loin, cf. le texte de la Communion des églises protestantes en Europe: "Un temps pour vivre, et un temps pour mourir".

K. Lehmkühler

Focus

Colloque Ricœur, octobre 2013

Il y a cent ans naissait Paul Ricœur, l’un des philosophes français les plus lus et les plus commentés dans le monde. On ne sait pas assez qu’avant de faire la carrière universitaire que l’on sait, à la Sorbonne, à Nanterre et à Chicago, cette grande figure de la pensée a enseigné à l’Université de Strasbourg, de 1948 à 1956. Ricœur a toujours présenté les années passées à Strasbourg comme les plus heureuses de sa carrière universitaire. Il revenait même volontiers, lorsqu’il évoquait sa vie d’enseignant et de chercheur, à ce qu’il appelait "[s]on mythe strasbourgeois". Ce fut en effet une période fructueuse au cours de laquelle il a accompli quelques-uns des gestes qui ont déterminé la structure et le sens de son œuvre philosophique.

Colloque RicoeurPour cette raison, l’Équipe d’accueil 4378 Théologie protestante a organisé les 10 et 11 octobre 2013 un colloque intitulé "Paul Ricœur à l’Université de Strasbourg. Philosophie, sciences humaines et société", au Nouveau Patio, avec le concours de l’ÉA 2326 (Centre de Recherche en Philosophie Allemande et Contemporaine), de l’ÉA 4377 Théologie catholique, de l’École doctorale de théologie et de sciences religieuses, du Fonds Ricœur – héritier des archives de Paul Ricœur -, sans oublier les concours de la Communauté urbaine de Strasbourg et du Conseil Général du Bas-Rhin. Ce colloque a été un franc succès, tant du point de vue de la qualité des interventions que de la participation du public. Que ceux qui n’ont pu participer à cet événement se rassurent: la publication des actes est en cours!

Une nouvelle formation: l’aumônerie en milieu carcéral

Le Centre de Formation théologique et pratique de la Faculté organise des cours pour des personnes qui souhaitent parfaire leur culture biblique et théologique ou s’engager dans l’Eglise. Cinq diplômes d’Université sont accessibles, permettant de poursuivre du côté de l’Eglise (UEPAL – Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Lorraine) par des stages en vue de services à rendre de manière bénévole ou occasionnellement rémunérée: pour être catéchète en école primaire, musicien d’Eglise, prédicateur/trice laïque, visiteur/se en milieu hospitalier ou social, ou se former en diaconie. Un même tronc commun porte sur les matières principales: Ancien et Nouveau Testament, Histoire ancienne, médiévale et contemporaine, Doctrine. La spécialité dans chacun des cinq diplômes comporte un enseignement théologique et un enseignement pratique.

Depuis cette rentrée 2013, une nouvelle option vient augmenter l’offre: une formation à l’aumônerie en milieu carcéral. Celle-ci est organisée en partenariat avec le Service "justice et aumônerie des prisons" de la Fédération protestante de France, service placé sous la responsabilité du pasteur Brice Deymié, aumônier national protestant des prisons. Une session en septembre portait sur "Violence et conflits" et sur "Péché et grâce", une autre en mai portera sur "Accompagnement spirituel" et "Maladies psychiatriques en prison". Les cours du tronc commun sont distribués et peuvent être travaillés à domicile. Les futurs aumôniers doivent sur le terrain être suivis par des tuteurs pour développer leur expérience en prison. La première promotion fut bien remplie et nous comptons poursuivre le projet!

Focus (suite)

L’Ecole théologique du Soir: un cours du soir œcuménique

L’Ecole théologique du Soir existe depuis fort longtemps, en co-organisation entre les deux Facultés de théologie. Autrefois plutôt cours interdisciplinaire, depuis une vingtaine d’années elle s’est développée en cours d’œcuménisme à deux voix. Michel Deneken, professeur de dogmatique à la Faculté de théologie catholique (et actuellement vice-président de l’Université de Strasbourg) et Elisabeth Parmentier, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante, assurent conjointement ce cours depuis 1996. Tous les ans, huit séances entre septembre et novembre, le mercredi soir de 18h30 à 20h, réunissent un public intéressé à la fois par les enjeux de foi chrétienne et la perspective œcuménique.   Actuellement nous explorons les grandes vertus chrétiennes: l’an dernier l’espérance, cette année la foi, l’année prochaine l’amour. Le principe de ce cours est une présentation en dialogue, parfois en débat, qui s’appuie sur des textes bibliques, des textes de théologiens et d’Eglises,  ainsi que sur des précisions historiques pour éclairer les sujets. Le parcours de cette année ("Croire, est-ce bien raisonnable ?")Bibliothèque, présente la foi certes comme un contenu qui nous précède et dont nous ne disposons pas, mais surtout comme la qualité d’une relation personnelle avec un Dieu qui "parle" et interpelle, offre et responsabilise. L’époque post-moderne connaît aussi des formes de "foi" sécularisée, non religieuse ou non chrétienne qu’il est nécessaire de reconnaître.

Colloques et conférences

Cycle de conférences sur "Religion et économie: la crise de toutes les croyances ?

La faculté propose ce cycle de conférences qui concernera l’éthique économique. Les conférences auront lieu en 2014: les mardis 11/02, 18/02, 04/03, 11/03, 18/03, 25/03, 29/04.

Avec notamment la participation d’A. Orléan (Membre du Conseil Scientifique de l’Autorité des Marchés) et de S. Latouche (Professeur émérite d’économie à l’université d’Orsay).

Projet de recherche: Une histoire des recueils de chant en Alsace

 Le recueil de chant est un précieux témoin des pratiques dévotionnelles et des mentalités:

lGesangbuches cantiques spirituels font partie de l’identité d’un groupe. A cet égard, l’Alsace – avec ses diversités culturelles et linguistiques, avec sa fragmentation politique aux XVIe et XVIIe siècles et le changement de nationalité aux XIXe et XXe siècles  – est un objet de recherche particulièrement intéressant.

Beat Föllmi, professeur de musique sacrée et d’hymnologie, et le Gesangbucharchiv (archives de recueils de chant) de l’Université de Mayence préparent actuellement un projet de recherche sur ce thème. Dans un premier temps, une base de données devra être publiée sur le web qui donnera accès à environ 30.000 recueils protestants et catholiques de l’espace germanique, du XVIe siècle jusqu’à nos jours.

Colloques et conférences (suite)

Evangéliser: perspectives œcuméniques et européennes

Journée d’étude organisée par les professeurs Jérôme Cottin & Elisabeth Parmentier

Lundi 31 mars 2014, 9h-17h

L’évangélisation n’a pas bonne presse. Le mot est lié à un témoignage missionnaire volontiers agressif de l’Eglise, au détriment des cultures, des savoirs et de l’histoire. Pourtant, le mot est fondamentalement biblique, constitutif de la vocation même de l’Eglise, qui est d’être une Eglise pour les autres et pour le monde, une Eglise du témoignage et de la rencontre. Tant à l’interne, dans les communautés chrétiennes, qu’à l’externe, dans la société déchristianisée, une nouvelle définition de ce concept s’avère nécessaire.

Le catholicisme parle aujourd’hui de "nouvelle évangélisation", et le protestantisme d’ "Eglise missionnelle", les milieux anglophones d’ "Emerging Church"  ou de "Liquid Church" et germanophones de "Gemeindeaufbau". Quels déplacements et évolutions traduisent ces nouveaux vocabulaires et surtout leur émergence conjointe? Se rejoignent-ils, ou traduisent-ils des réalités et objectifs différents?Eglise

Comment prendre en compte les nouvelles expériences de vie d’Eglise tout en ne survalorisant pas le vécu? A l’inverse comment penser théologiquement l’évangélisation en postmodernité de manière non exclusivement théorique, en valorisant ce qui relève de l’expérience et des nouvelles pratiques d’Eglises?

S’agissant d’une réalité qui touche toutes les Eglises chrétiennes en Europe occidentale, cette journée d’étude aura pour principal objectif de penser cette nouvelle problématique dans un contexte œcuménique et européen. Le but sera aussi de voir s’il se dessine une spécificité de l’ "Eglise missionnelle" en contexte francophone, marqué, plus fortement qu’ailleurs, par l’indifférence religieuse et une conception parfois fermée et non pluraliste de la laïcité.