Philosophie - S6

  • Cours (CM) -
  • Cours intégrés (CI) 18h
  • Travaux dirigés (TD) -
  • Travaux pratiques (TP) -
  • Travail étudiant (TE) -

Langue de l'enseignement : Français

Description du contenu de l'enseignement

Philosophie–Identité et désespoir chez S. Kierkegaard : une lecture de La maladie à la mort
« Qu’est-ce qu’exister ? » Voilà la question à laquelle le philosophe danois Søren Kierkegaard (1813-1855) s’est efforcé de répondre tout au long de son œuvre. Il s’est ainsi appliqué à développer une anthropologie, centrée autour de la question du « soi » comme synthèse de deux éléments opposés (le fini et l’infini), que l’homme a pour tâche d’actualiser afin de devenir pleinement « ce qu’il est ». Mais cette synthèse, qui conditionne finalement l’identité de l’individu, est selon Kierkegaard en perpétuel déséquilibre. Et c’est en particulier dans La maladie à la mort (parfois traduit sous le titre Traité du désespoir) que le Danois évoque ce déséquilibre, qui prend chez lui le nom de « désespoir ». En nous appuyant sur des passages de cet ouvrage, nous tâcherons d’étudier l’anthropologie kierkegaardienne afin de comprendre, d’une part ce qu’est le désespoir, et d’autre part ce qui, au sens de Kierkegaard, permet à l’homme de s’en défaire et par là, de rééquilibrer – d’harmoniser la synthèse afin de devenir authentiquement « soi ».

Bibliographie, lectures recommandées

Søren Kierkegaard, La maladie à la mort, Paris, Éditions de l’Orante, coll. « Œuvres complètes de Søren Kierkegaard », t. XVI, 1971 (1849), trad. P.-H. Tisseau et E.-M. Jacquet-Tisseau.

Contact

Faculté de théologie protestante

9, place de l'Université
67084 STRASBOURG CEDEX
0368856835

Formulaire de contact

Responsable


LICENCE - Théologie protestante