Si vous ne voyez pas correctement ce message, visualisez-le sur votre navigateur


Lettre d'information n°12 Juin 2022

Lascaux, Strasbourg, Israël: la Faculté en voyage et en résidence!

Elle n'attendait que vous, les lecteurs, voici la nouvelle Newsletter. Nouveau format, nouveaux contenus pour cette Newsletter de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, qui épouse l'esthétique de notre site web "relooké". Vous y trouverez les informations essentielles sur l'activité de la Faculté et de l'Unité de Recherche 4378 qui lui est associée, et tout pour mieux nous connaître et vous former à la théologie. D'autres informations sont accessibles sur le site web de la faculté (https://theopro.unistra.fr) ou sur la page Facebook (https://www.facebook.com/theopro.unistra).

Un peu ralentie pendant la Pandémie, l’activité scientifique de la Faculté et de l’Unité de recherche a repris de plus belle, avec une série de rencontres académiques, colloques, école d’été et journées d’étude, programmées ce printemps et cet été. La réflexion pédagogique a maintenu son élan avec deux séminaires pédagogiques de l’équipe enseignante dont vous entendrez parler dans la prochaine Newsletter. Les étudiants ont été très actifs aussi et évoquent dans cette lettre d’information leur voyage à Lascaux, parmi bien d’autres activités au sein de l’Amicale.  

Pour les étudiants et les enseignants, la période des examens se termine et la Faculté vogue déjà vers les cieux de l’année universitaire 2022-2023. Nous l’espérons riche pour chacune et chacun.

Thierry Legrand, doyen

 

Une vice-doyenne à la Faculté

La nouvelle équipe décanale comprend désormais une vice-doyenne, Gabriella Aragione, en co-responsabilité décanale pour les questions pédagogiques. 

Maîtresse de conférences (HDR) en Histoire du christianisme ancien,

Gabriella Aragione a publié récemment

avec B. FÖLLMI, Femmes de savoir et savoirs des femmes. Littérature et musique religieuses entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, Actes de la Première Journée d’Étude du CADP (Cahiers de Biblia Patristica 20), Turnhout, Brepols, 2019,

et elle est aussi l'auteure de:
Les chrétiens et la loi. Allégeance et émancipation aux IIe et IIIe siècles (Christianismes antiques 2), Genève, Labor et Fides, 2011.

Elle a reçu le Prix de la Fondation Marie et Ernst Alker-Pawelke dans le cadre du Prix Jubilé 2006 (Académie Suisse des Sciences Humaines et Sociales), pour l’article "Tecla di Iconio e Ipparchia di Maronea: Modelli di conversione al femminile ?", Rivista di storia del cristianesimo 2 (1/2005), p. 133-155. Elle co-dirige la collection "Christianismes antiques", Labor et Fides, Genève, depuis 2009 et la collection "Cahiers du Groupe Suisse d’Études Patristiques", Éditions du Zèbre, Prahins (CH), depuis 2009.

Le nouveau philologue, Eran Shuali

 "Je crois qu'on apprend mieux quand on varie les types de contact avec une langue"

Eran Shuali est maître de conférences en philologie biblique, à la Faculté depuis la rentrée 2021-2022 et chercheur spécialisé dans la traductuctologie et les relations entre juifs et chrétiens à l'époque moderne.

Ayant grandi en Israël, je suis allé à Paris à l’âge de 22 ans pour apprendre le français et faire mes études. En Licence de philosophie, j’ai suivi un cours sur saint Augustin qui m’a passionné particulièrement: en tant qu’israélien, je ne savais presque rien du christianisme. J’ai décidé alors d’apprendre le grec et le latin pour pouvoir lire les textes chrétiens anciens dans l’original et j’ai donc poursuivi mes études en lettres classiques. En même temps, j’ai gagné ma vie en donnant des cours d’hébreu moderne et biblique.

À la fin du Master, on m’a proposé de préparer une nouvelle traduction du Nouveau Testament en hébreu moderne. Parallèlement au travail pratique sur cette traduction (toujours en cours), je suis venu à Strasbourg pour faire ma thèse sur les problèmes particuliers que l’on rencontre en traduisant le NT en hébreu. Pendant la dernière année de la thèse, j’ai commencé à enseigner à la Faculté en tant qu’ATER.

En tant qu’apprenant et enseignant de langues, je crois qu’on apprend mieux quand on est actif et quand on varie les types de contacts avec la langue. En enseignant l’hébreu biblique, je cherche donc à amener les étudiants à lire de l’hébreu, à réfléchir sur la langue, à l’écrire, ainsi qu’à le parler et le comprendre à l’oral. Depuis plusieurs années, je développe une méthode d’hébreu biblique qui est fondée sur ces principes et qui se trouve à mi-chemin entre les méthodes habituelles de langues anciennes et celles de langues vivantes. J’utilise cette méthode en cours et j’espère la publier bientôt.

Mes recherches sont de type philologique et portent notamment sur des questions liées aux rapports entre le judaïsme et le christianisme. Ainsi, j’ai écrit sur l’histoire des traductions hébraïques du NT produites par des juifs et des chrétiens du Moyen Âge au 21e siècle; sur les sources hébraïques et araméennes des évangiles; sur l’histoire des noms employés en hébreu pour Jésus depuis l’Antiquité et jusqu’à nos jours; sur l’histoire de l’enseignement de l’hébreu à la Faculté depuis le 16e siècle. En outre, je m’intéresse, de manière générale, à l’histoire de la langue hébraïque, ainsi qu’à la traduction biblique.

J’ai plusieurs projets pour les prochaines années à la Faculté: filmer une série de saynètes en hébreu biblique, créer un site internet avec des exercices interactifs, organiser un voyage d’étude en Israël et Palestine…

Eran Shuali

Les Livres interdits


La 5e Ecole d’été d’étude de la littérature apocryphe (ISCAL 5) se tiendra à Strasbourg du 30 mai au 2 juin 2022 sur le thème:


Les listes de livres interdits: la flexibilité des frontières du savoir dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge


Outre les ateliers de travail et de recherche, ouverts aux étudiants de 2e et 3e cycles universitaire (master, doctorants et post-doctorants), une conférence publique est proposée par Andreea Badea (Goethe-Universität, Frankfurt/Main):


"Le censeur et l’économie du savoir. Le contrôle du savoir et la censure à l’époque prémoderne",
le Mardi 31 mai à 18h


Cette école d’été est organisée par Gabriella Aragione et Rémi Gounelle. Pour toute information: gabriella.aragione@unistra.fr (tel 03 68 85 68 33)

 

Panamuwa I: la biographie d’une statue

Colloque et ateliers

Chaque année, l'European Association of Biblical Studies (EABS) accueille une cinquantaine de groupes de recherche et d’ateliers thématiques pour mettre en évidence les orientations européennes des études bibliques. Les archéologues, historiens, spécialistes du judaïsme ancien, du Talmud, du Nouveau Testament et du christianisme ancien y dialoguent.

Cette année, le congrès de l’EABS s’installe à Toulouse du 4 au 7 juillet 2022.

Regine Hunziker-Rodewald y proposera un atelier consacré aux "recherches sur l’inscription araméenne de Panamuwa I: la biographie d’une statue". Plusieurs sessions thématiques dédiées à la statue de Hadad et à son inscription aborderont des sujets liés à la recherche tels que:
1) les contextes archéologiques, culturels-historiques et socio-religieux;
2) l'iconographie, la paléographie et l'épigraphie;
3) la fabrication et la destruction de la statue et de son inscription; et
4) l'anthropologie cognitive; la photographie computationnelle, l'épigraphie computationnelle.

Andrei Aioanei, doctorant de l’Ecole doctorale 270, travaillant sous la direction de Regine Hunziker Rodewald, animera lui aussi un atelier: "Machine learning: génération de données synthétiques et développement d’algorithmes d’intelligence artificielle".

Aux origines de l'art : les étudiants à Lascaux

 

Représentation du visible et de l'invisible

Notre voyage à Lascaux est un projet de longue date porté avant tout par Mme Hunziker Rodewald depuis 2021. Il est pensé comme une continuation du cours interdisciplinaire de cette année-là sur la représentation du visible et de l'invisible, et permet de remonter aux origines de l'art et de la représentativité.

Il était au début prévu de le faire uniquement avec les étudiants du cours, mais à cause de la situation sanitaire à ce moment-là, cela n'a pas pu se faire. Un partenariat a finalement été organisé entre la Faculté, la paroisse universitaire et l'Amicale. L'équipe était formée de Régine Hunziker, Marie-Claire Gaudelet (Pasteure de la paroisse universitaire Saint-Paul), Roman Demptos (Trésorier de l'Amicale) et Nathan van Beek (Président de l'Amicale). C'est donc du 2 au 4 mai qu'un groupe de 15 personnes est parti dans la région du Périgord afin de visiter 3 grottes (Lascaux II, Rouffignac et Pech-Merles) et le musée des Eyzies.

Le programme était dense et nous a vraiment permis de nous immerger dans cette période de l'histoire notamment grâce aux interventions de Solène Vaissié (docteure en préhistoire paléolithique) et de Sarah Dermech (docteure en néolithique du Moyen-Orient).
Ce voyage a été très apprécié des étudiants, car il était en lien avec notre cursus et spécifiquement avec un cours de la Faculté, et il a permis de faire une pause dans nos études et de nous décentrer un peu de notre posture théologique. Non pas que la théologie soit inintéressante, mais il est bon de sortir le nez de sa bible de temps en temps.

Nathan Van Beek / Photo: Marie-Claire Gaudelet

Doctorat Honoris Causa pour Irene Dingel

Le 17 novembre 2021, l’Université de Strasbourg a décerné le grade de docteur honoris causa à quatre personnalités scientifiques de renommée internationale.

Madame le Professeur Irene Dingel, théologienne protestante et directrice de la section "Histoire religieuse de l'Occident" de l'Institut Leibniz d'histoire européenne de l'Université de Mayence, dont la candidature avait été portée par la Faculté de Théologie protestante et l’unité de recherche qui lui est adossée, a fait partie des chercheurs distingués. La laudatio (éloge) a été prononcée par le Professeur Matthieu Arnold, qui collabore avec Madame Dingel depuis de nombreuses années.

Marc Vial

 

L'église et le chapitre de Saint-Thomas: un colloque novateur

L'église et le chapitre de Saint-Thomas font partie du patrimoine strasbourgeois sans que leur histoire respective n'ait fait l'objet d'études générales et majeures depuis fort longtemps.

Un colloque à la fois riche et divers s'est proposé, du 11 au 13 mai 2022, de contribuer à sa manière à combler ce manque à sa manière tout en offrant, par touches, des aperçus sur des éléments de l'histoire du chapitre et de l'église et sur des avancées récentes dans la connaissance de leur très riche passé. Organisé par Christian Grappe, Élisabeth Clementz-Metz et Matthieu Arnold, il a réuni des contributeurs issus notamment du monde universitaire, d'institutions patrimoniales et muséales et du chapitre lui-même, abordant les sources archéologiques, archivistiques, l'art et la liturgie, l'histoire de la paroisse, le rôle du chapitre et de sa "nébuleuse"...

Christian Grappe

Photo: Fonds Chapitre Saint-Thomas

Les "Rendez-vous de la pensée protestante"
Tu ne tueras point !

On se souvient du succès rencontré, à l’occasion de "Protestants en Fête" 2017, par la "Nuit des thèses": des théologiens issus de tous les courants du protestantisme ont été invités à produire, en public, quelques thèses sur le thème de la fraternité, puis à les confronter afin d’engager un débat. Les "Rendez-vous de la pensée protestante (RVPP), conçus à l’initiative du pasteur Samuel Amédro (EPUdF), ont repris au vol cette idée et lui donnent une pérennité: ils sont l’occasion d’un débat public et structuré sur un thème précis, sous la forme d’une "dispute" où sont défendues des thèses, à l’instar de la pratique courante dans les universités à l’époque médiévale.

Des débats réguliers

Les débats ont lieu une fois l’an, à la fin du mois juin, durant deux jours. Ils sont placés en fin d’année universitaire pour que les "disputants" puissent les préparer longuement en amont. Les thèses sont publiées à l’avance et présumées connues des intervenants et des participants, si bien qu’au moment de la rencontre, une large place peut être laissée à un échange d’arguments nourri entre les parties en présence et avec le public.

Une thèse en binôme

Les disputants élaborent leurs thèses par binômes composés chacun, si possible, d’un théologien confirmé et d’un théologien moins aguerri, étudiant de Master, doctorant ou jeune docteur, par exemple. Le vivier est constitué par les enseignants et étudiants des facultés de théologie protestante francophones, aussi bien les facultés de théologie protestante de Strasbourg, de Paris, de Montpellier ou de Bruxelles que des établissements plus marqués sur le plan confessionnel, tels que la Faculté adventiste de théologie de Collonges-sous-Salève, la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, la Faculté Jean Calvin d’Aix-en-Provence ou la Haute École de Théologie de Saint-Légier en Suisse. Dans un temps où le dialogue œcuménique entre les protestants des Églises dites "historiques" et ceux des courants évangéliques peine à trouver le cadre et la méthode appropriés, les RVPP constituent un des rares lieux où des théologiens de métier issus des dénominations diverses au sein du protestantisme se rencontrent pour débattre.

Tu ne tueras point! objectif 2022

Les "rendez-vous" de 2020 et 2021 ont été l’occasion d’aborder ensemble la question de l’autorité des Écritures. Les thèses défendues sur ce thème sont disponibles sur le site internet des RVPP et sont également publiées, avec un compte-rendu des débats, dans la revue Foi et Vie. La rencontre de 2022, quant à elle, sera dédiée à un sujet d’une brûlante actualité: « “Tu ne tueras point.” Regards théologiques croisés sur la guerre. » Elle se tiendra à la Faculté de Vaux-sur-Seine du 24 au 26 juin 2022. Toutes les personnes intéressées y sont invitées et peuvent s’inscrire en ligne via le lien suivant: http://les-rendez-vous.fr/.

Madeleine Wieger

Photo: droits réservés: "Caïn tuant Abel", Pierre Paul Rubens, 1608-1609 – Via Wikimedia Commons

La Société des Amis de la Faculté
Accompagner les étudiants

La Société des Amis et Anciens Étudiants de la Faculté de Théologie protestante de l’Université de Strasbourg a été fondée en 1924. Cette association se donne pour mission de favoriser le rayonnement de la Faculté, mais aussi de fournir une aide financière ponctuelle aux étudiants en situation matérielle précaire.

Aider financièrement les étudiants

Cette aide est prodiguée soit sous la forme d’un don, soit par le biais d’un prêt, selon les revenus de l’étudiant. La plus grande partie en est donnée en début d’année universitaire. En effet, à moins d’être boursiers d’État, les étudiants sont amenés à régler à ce moment-là entre 270 et 340 euros environ pour s’inscrire en Licence ou en Master, plus encore s’ils entrent en Doctorat. Lorsqu’ils viennent de trouver un logement, il leur faut aussi s’acquitter souvent d’une caution, en plus du premier loyer. Par ailleurs, l’acquisition de l’un ou l’autre ouvrage s’avère parfois nécessaire dès le mois de septembre pour pouvoir suivre certains cours dans de bonnes conditions. La Société des Amis intervient donc fréquemment à l’automne, aussi bien pour régler des frais d’inscription que pour acheter des manuels de grec ou des Bibles hébraïques, ou encore pour avancer une caution qui sera remboursée à l’échéance du bail.

Aides d'urgence

Des aides d’urgence sont également versées en cours d’année, lorsqu’un étudiant n’a plus de quoi faire des repas réguliers, lorsqu’il faut régler un billet de train pour se rendre sur un lieu de stage, ou un billet d’avion pour revenir d’un pays en situation de crise politique, par exemple. Les situations de ce type sont fort diverses.

Pour remplir cette mission, la Société des Amis collabore étroitement avec l’Association des Amis de l’Aumônerie universitaire protestante de Strasbourg, ainsi qu’avec le Chapitre de Saint-Thomas qui administre les fondations liées aux Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Les situations qui leur sont soumises requièrent souvent un accompagnement de longue haleine; la Société tâche donc d’orienter les étudiants concernés vers d’autres dispositifs susceptibles de leur venir en aide, lorsqu’il s’agit de trouver une assistance médicale, de rechercher un logement ou encore d’acquérir un ordinateur, indispensable pour mener des études supérieures dans de bonnes conditions.

La Société édite chaque année un Bulletin qui donne des nouvelles de la Faculté aussi bien que de la vie de l’association. Les publications de ces dernières années sont accessibles sous le lien suivant: https://theopro.unistra.fr/faculte/garder-le-contact/societe-des-amis-et-anciens-etudiants-de-la-faculte-de-theologie-protestante-de-strasbourg.

Madeleine Wieger

Religion et tolérance: mission impossible ?

 

Pour la troisième fois, le Forum des religions s’est tenu à Strasbourg, du 24 au 26 février 2022.

L’idée de ce forum est née au sein de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg. Aujourd’hui, le forum est une importante manifestation, co-organisée par la Région Grand Est, l’Eurométropole, la Collectivité européenne d’Alsace et l’Université de Strasbourg, et ceci en collaboration avec le journal Le Monde. Dans le monde d’aujourd’hui, cette réflexion commune concernant les religions, tenue sur la place publique, est essentielle, et manifeste l’excellente collaboration entre les quatre instances qui portent ce projet !

L’édition 2022 portait sur le thème "Religion et tolérance: mission impossible?". À l’occasion de différentes conférences, tables rondes et d’autres manifestations, le public strasbourgeois avait la possibilité de participer à un débat citoyen engagé sur la tolérance et sur le dialogue entre différentes conceptions du monde.

Notre Faculté était particulièrement engagée dans le comité scientifique du Forum (présidé par Karsten Lehmkühler) et par l’organisation de la "journée universitaire" du Forum qui s’est tenue au Palais universitaire. Cette journée a été ouverte par une conférence de Daniel Frey, sur le thème: "Conviction, tolérance et vérité".

Une bonne partie des manifestations du Forum peuvent être visionnées, en replay, à cette adresse: https://forumreligions.fr/

Karsten Lehmkühler / Photo: Jérôme Dorkel

 

Les médecins de confession musulmane en France

Depuis cet automne, l'Unité de recherche 4378 compte un nouveau post-doctorant, en la personne de Hicham Benaïssa, engagé pour une année sur un projet d' "Enquête sociologique sur les médecins de confession musulmane en France" conduit avec Christophe Monnot. Soutenu par le bureau des cultes à hauteur de 60. 000 €, ce projet entend investiguer la catégorie professionnelle des médecins de confession musulmane en France. Il utilise des méthodes mixtes en sociologie qui croisent enquête quantitative par questionnaires avec enquête qualitative par entretiens. Cette enquête vise à comprendre les rapports pratiques des médecins, avec une importante proportion de personnes de provenance d'un pays du Maghreb, entre croyances et science en contexte de laïcité. Il permettra ainsi d’identifier plusieurs paramètres dans l’éventail des liens entre croyances et pratiques médicales des praticiens de la médecine de confession musulmane. Il permettra d’éclairer le débat théorique sur science et foi musulmane à partir d’une catégorie professionnelle et d’informer le débat de société sur croyances et pratiques médicales en régime de laïcité. Les résultats seront discutés lors d’une journée d’étude à Paris et feront l’objet de publications scientifiques.

Christophe Monnot

 

L'Heure du livre

La Bibliothèque des Facultés de théologie poursuit son partenariat avec la Médiathèque protestante du Stift et la paroisse du Temple Neuf, en organisant à nouveau et conjointement une "Heure du Livre"; la dernière a eu lieu le mardi 17 mai 2022, à 18h30. Denis Müller, professeur honoraire de l'Université de Genève, donna en l’église du Temple Neuf (Strasbourg) une conférence: "Le christianisme est-il une religion de la tristesse ?", autour de son dernier livre, Tristesse et métaphysique terrestre: existence, raison et transcendance, paru aux éditions du Cerf au mois d'avril. Son propos fut introduit par Karsten Lehmkühler.

Florence Fleck, bibliothécaire des Faculltés de théologie

Théologie verte

Issus d’un colloque tenu en février 2020, deux ouvrages collectifs ont paru sur le thème de l'Église et de l'écologie. La première partie est parue dès 2020, chez Labor et Fides, sous le titre Églises et écologie. Une révolution à reculons. Si ce premier volet privilégiait les contributions d’orientation socio-historique et ecclésiologique, le second volume s’inscrit résolument dans le champ théologique et philosophique. Il réunit des auteurs de différentes générations, depuis les pionniers d’une théologie de la Création jusqu’aux plus jeunes promoteurs d’une théologie de l’anthropocène. Cette mise en commun des acquis de la recherche en écothéologie permet de mesurer les filiations, les lignes de force communes aux différents chercheurs, mais aussi les clivages et les tensions internes à cette « théologie verte » dont le singulier ne devrait pas occulter la pluralité foncière.

Les livres

A voir

Les deux ouvrages sont encadrés par une introduction et une synthèse de Christophe Monnot et Frédéric Rognon, préfacés par Dominique Bourg pour le premier et par le Patriarche Bartholomée 1er pour le second. Les différentes contributions de ces volumes montrent la lente transition des idées écologiques vers la pratique des Églises, mais ils veulent surtout offrir au lecteur quelques ressources et outils substantiels pour penser théologiquement la crise écologique présente et à venir, sous un horizon d’espérance.

Christophe Monnot videos/ vidéos: Camille Evequoz

La liturgie synagogale dans l’Antiquité tardive

Voici un colloque, qui s’est tenu à Strasbourg du 13 au 15 mai 2022, où l’on a pris le temps d’écouter et de discuter des recherches des contributeurs, dans la quiétude et la sérénité strasbourgeoise. Enfin, nous pouvons nous rencontrer "en vrai"!

Une dizaine de spécialistes était réunie pour évoquer la liturgie synagogale dans les premiers siècles de notre ère. Les interventions étaient riches, sur des sujets fort complexes (archéologie, philologie, etc.).

Plusieurs nationalités étaient représentées: des enseignants de l’université hébraïque de Jérusalem, de Lausanne, de Leuven, de Fribourg, d’Allemagne et de France. Le colloque était organisé par David Hamidovic (Université de Lausanne) et Thierry Legrand (Université de Strasbourg – Faculté de Théologie protestante)

Christian Grappe (Université de Strasbourg) a ouvert le colloque avec une conférence magistrale sur "Présence et importance de la liturgie des fêtes juives à l’arrière-plan du Nouveau Testament".

Parmi les intervenants du colloque:

  • David Hamidovic (Université de Lausanne): "Les Targums ont-ils une origine liturgique ?"
  • Ze‘ev Weiss (Université hébraïque de Jérusalem): "Reading the Torah in the Ancient Synagogue: The Archaeological Evidence"
  • Rina Talgam (Université hébraïque de Jérusalem): "Similarities between the liturgical performance and the modeling of the sacred space in the synagogue and church"
  • Innocent Himbaza (Université de Fribourg): "L’art d’adapter la Bible hébraïque. Retouches textuelles et nouvelles interprétations dues à la synagogue ?"
  • Hector Patmore (Université de Leuven): "La lecture du Targum. Nouvelles perspectives ouvertes par les manuscrits"
  • Eleonora Serra (Université de Lausanne): "Liturgie et 'magie' dans les bols d'incantations mésopotamiens"
  • Sergey Kim (Université de Lausanne): "Psaume 29 entre Peshitta, Targum et liturgie synagogale"
  • Thierry Legrand (Université de Strasbourg): "Entre Midrash et Targum, le cas de l’Apocryphe de la Genèse (1Q20): un ‘hapax’ de la littérature qumrânienne"

Tous les participants ont apprécié la qualité de l’organisation et le cadre. Strasbourg est une ville qui attire! L’université de Strasbourg et la Faculté de Théologie protestante sont des lieux de science et d’ouverture à la recherche.

Les organisateurs remercient les membres du secrétariat pour leur formidable implication, Patricia Carbiener, Kevin Bonimeux et Serge Bruch; sans oublier le directeur de l’Unité de recherche, Marc Vial (UR 4378) pour son soutien indéfectible.

Le printemps de la recherche

Au sortir de la Pandémie une série de manifestations scientifiques ont animé la vie de la Faculté et de l'Unité de recherche

  • 26-28 janvier 2022: colloque organisé par Frédéric Rognon, en partenariat avec l’Association internationale Jacques Ellul, sur L'éthique de Jacques Ellul et Bernard Charbonneau à l'heure des défis écologiques et technologiques.
  • 28 avril 2022: journée d’exégèse biblique, dirigée par Matthieu Arnold et Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher sur Matthieu 25,1-13 (la parabole des dix vierges).
  • 6-7 mai 2002: à ce colloque sur la Fin des idoles, actualité des images auquel est adossée une exposition, les deux événements étant organisés par Jérôme Cottin.
  • 11-13 mai 2022: ce colloque organisé par Christian Grappe et Matthieu Arnold, en partenariat avec le Chapitre de Saint-Thomas et l’UR ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe) évoqua L’église et le chapitre de Saint-Thomas.
  • 23-25 mai 2022: Thierry Legrand a proposé, en partenariat avec l’Université de Lausanne, un colloque sur La liturgie synagogale dans l’Antiquité tardive.

 

Et pour finir quelques publications (2020-2021)...

Elisabeth Parmentier, Cet étrange désir d'être bénis, Genève, Labor et Fides, 2020

Regine Hunziker-Rodewald (avec Sylvie Donnat et Isabelle Weygang), (dir.), Figurines féminines nues. Proche-Orient, Egypte, Nubie, Méditerranée orientale, Asie centrale, Paris, De Boccard, 2020

Gilbert Dahan, Annie Noblesse-Rocher (dir.), La Vulgate au XVIe siècle. Les travaux sur la traduction latine de la Bible, Turnhout, Brepols (BEHE-SR 186), 2020

Matthieu Arnold, Gilbert Dahan, Annie Noblesse-Rocher (dir.), Romains 1, 18-32. La faute des païens, Paris, Les éditions du Cerf ("Lectio divina / Études d’histoire de l’exégèse" 15), 2020

Frédéric Rognon, Le défi de la non-puissance. L’écologie de Jacques Ellul et Bernard Charbonneau, Lyon, Olivétan, 2020

Christian Grappe (dir.), La Cathédrale en sa ville: le temporel et le spirituel, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Rémi Gounelle, Anne-Laure Zwilling, Yves Lehmann (dir.), Religions et alimentation, Normes alimentaires, organisation sociale et représentations du monde, Turnhout, Brepols, 2020

Jérôme Cottin, Les pasteurs. Origines, intimité, perspectives, Genève, Labor et Fides, 2020

Christophe Monnot, Frédéric Rognon (dir), La nouvelle théologie verte, Genève, Labor et Fides, 2021

Daniel Frey, La religion dans la philosophie de Paul Ricoeur, Paris, Hermann, 2021

André Birmelé, Accords et dialogues œcuméniques, Lyon, Olivétan, 2021

Matthieu Arnold, Albert Schweitzer, prédicateur, Strasbourg, Association des amis d'Albert Schweitzer, 2021

Matthieu Arnold, Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher (dir.), La Bible en scène: Bible, théâtre et Réforme au XVIe siècle (Travaux de la Facultéde théologie protestante de Strasbourg, 19), Strasbourg, Association des Publications de la Faculté de Théologie protestante, 2021

Matthieu Arnold, Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher (dir.), 1 Samuel 28. La nécromancienne d’En-Dor (Études d’Histoire de l’exégèse, 16), Paris, Les éditions du Cerf, 2021

Pierre Grelot et Thierry Legrand, Les Targums, textes choisis, Supplément aux Cahiers Evangile 198, décembre 2021

Christian Grappe (éd.), La Maison de Dieu / Das Haus Gottes. 7. Symposium Strasbourg, Tübingen, Uppsala. Strasbourg 28–30 juin 2017, Tübingen, Mohr Siebeck, 2021